AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
°~La Guerre des Clans Power ~°
    Bienvenue invité ou membre habitué du Forum ! Tu ne trouves pas la barre de navigation? Elle se situe tout en haut, à gauche de ta page. Si tu as des problèmes ou des questions, tu peux nous contacter dans la partie des invités.
    En espérant que tu te plaises sur le Forum et en te souhaitant un bon jeu si tu veux t'inscrire !
    Le staff



 

Partagez | 
 

 L'engueulade [ Fauve ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Fonda & Chef Connu

avatar
I am
Messages : 1071
Date d'inscription : 07/07/2014
Age : 20
Localisation : Bah... Ici x)


Feuille de personnage
Grade: Chef
Âge (Lunes): 48 Lunes
Famille:

MessageSujet: L'engueulade [ Fauve ]   Lun 1 Sep - 15:43

    Et voici une nouvelle journée au Camp du Vent. Comme habitude, je m'étais levé tôt et, Souffle de la Salamandre et moi organisions l'activité du camp. Puis, lorsque les patrouilles rentraient, elles faisaient leur rapport dans ma tanière. Après notre dernière patrouille frontalière vers la Lisière de la Forêt, nous avions fait régulièrement fait vérifier la zone en quête de trace de ce renard. Finalement, il avait été chassé par une patrouille du Clan de la Rivière. A cause de cela, le goupil s'était réfugié sur les terres du Clan du Vent. J'avais donc envoyé une patrouille dans le but de le pister puis, de le chasser. La pouponnière avait été renforcée et le camp était gardé en permanence le temps que la menace soit écartée. Pour finir, les apprentis n'avaient plus le droit de sortir non accompagnés. Deux mesures de précaution valaient mieux qu'une seule. Un renard pouvait représenter un danger pour les chats et devait être chassé du territoire.
    Aujourd'hui, il ne faisait pas chaud. Les vagues de chaleur semblaient être parties. Il faisait bon et doux. On voyait le ciel parsemé de quelques nuages blancs. Il était midi et c'était l'heure de la cérémonie du partage. Après avoir mangé avec les vétérans, je discutais avec Souffle de la Salamandre. Oh, des discussions habituelles entre un chef et un lieutenant concernant l'organisation du clan, les rapports des patrouilles et les progrès des apprentis. Nuage de Feuilles, Nuage de Grêle et Nuage de la Rive progressaient bien. Quelques chatons étaient encore dans la pouponnière mais ne tarderaient pas à être nommés apprentis.

    Repus et satisfait par ces nouvelles, je m'étais étiré et je me dirigeais vers l'entrée du camp, en saluant les sentinelles. Malgré ces bonnes nouvelles, je n'étais pas en paix. Pourquoi ? Deux mots : Pelage Fauve. La guerrière rousse et moi nous nous entendions très bien autrefois. Mais ces temps-ci, notre amitié semblait se détériorer. Et ce n'était pas qu'une impression. Tout avait commencé par l'incident du Grand Rocher où nous nous étions battus et où j'avais essayé de lui infliger la morsure fatale de Rapace Nocturne. Puis avait suivi la patrouille près de la rivière où nous avions rencontré Etoile des Larmes et Chauve-Souris. Je n'avais pas tout saisi de l'hostilité de Pelage Fauve ce jour-là mais elle m'avait reproché de ne pas avoir dit que Etoile des Larmes était devenue cheffe et que je l'avais rencontrée. Je n'avais pas prévu de la rencontrer et c'était une pure coïncidence qu'on se soit vus. La guerrière brun-roux avait alors douté de ma loyauté. Et c'était à ce moment là que j'avais pour ainsi dire explosé. J'avais été cinglant avec elle en lui rappelant le moment où elle avait quitté le clan. Puis, je m'étais laissé emporté par le vieux rêve de la conquête et du sang de mes ennemis. Maintenant, j'avais peur de l'avoir perdue pour toujours. Me ferait-elle a nouveau confiance ? Cela importait beaucoup pour moi. Même si je ne l'avais dit à personne, je ne pouvais nier que j'éprouvais des sentiments très forts pour Pelage Fauve. Ces derniers temps, nous ne faisions que nous disputer et nous jeter des regards froids. Il semblait que chaque jour nous nous enfoncions de plus en plus dans notre conflit. Je m'étais pas comporté. J'étais certes sur les nerfs en ce moment à cause de mes responsabilités mais cela ne justifiait pas tout. Je n'aurais jamais dû m'emporter de la sorte, jamais.

    Tandis que je marchais, je ne prêtais qu'une oreille distraite à ce qui se passait autour de moi tant j'étais dans mes pensées. Pour finir de me perturber, Pelage Fauve avait demandé à me voir dans la Lande, sans doute pour ne pas se faire épier par nos camarades. Je devinais bien qu'elle allait se défouler sur moi et me reprocher un tas de choses. Je m'y attendais. D'un autre côté, ses actions me mettaient dans une colère sourde. Comment osait-elle douter de moi ? Elle n'était pas toute blanche non plus et avait des choses à se reprocher elle-même. Et d'ailleurs, que connaissait-elle des responsabilités de chef ? Pensait-elle en savoir plus que moi ? Elle n'était que guerrier et j'étais le chef de ce clan par le Clan des Etoiles ! Elle me devait le respect. Pourtant, Pelage Fauve n'était pas le genre de femelles très douces et n'ayant pas de tempérament. Au contraire, elle avait un sale caractère et n'hésitait pas à dire ce qu'elle pensait des choses et ce depuis qu'elle était apprentie.
    Après quelques temps de marche, j'arrivais à destination, peu pressé et peu enthousiaste à l'idée d'y aller. Je sentis l'odeur de Pelage Fauve avant de la voir. Puis sa silhouette rousse se découpa dans la lande. J'avançai vers la guerrière. J'entendis un glapissement non loin mais je ne sentais pas de renard. Les patrouilles étaient à sa recherche de toute façon. Pourtant... Je sentais que quelque chose clochait. Je savais qu'il allait se passer quelque chose... Mais quoi ? Cela me mettait mal à l'aise. Oh Griffon, tu as assez de problèmes sans t'en inventer d'autres !
    J'essayai de me débarrasser de cette sensation gênante et je miaulai, las,

    " Pelage Fauve... "

    Le déluge n'allait pas tarder à arriver, allez qu'on en finisse une bonne fois pour toute...




Spoiler:
 

Spoiler:
 


Fiche
Questions pour un Griffon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdc-power.forumactif.org

Lieutenante

avatar
I am
Messages : 149
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 20
Localisation : Dans le Nooord ! (62)


Feuille de personnage
Grade: Lieutenant
Âge (Lunes): 38 lunes
Famille:

MessageSujet: Re: L'engueulade [ Fauve ]   Dim 7 Sep - 16:22

Pelage revenait de la chasse, un écureuil et deux lièvres pendant dans sa gueule. Elle déposa toutes ses proies sur la pile de gibier et se prit un campagnol bien gras. La guerrière s'installa avec ses camarades sous un noyer et dévora le rongeur tout en discutant avec les autres félins. La conversation tournait autour du renard que le Clan de la Rivière avait chassé et qui s'était enfui sur le territoire du Clan du Vent. Si ça se trouve, Etoile des Larmes a fait exprès de nous envoyer ce sale renard, pensa la rouquine dans un reniflement. La meneuse blanche en serait encore capable après leur confrontation près des Chutes ! Ce jour-là, il y avait eu de l'orage - comme si la tension n'était déjà pas assez lourde ! - et Chauve-Souris et Pelage Fauve s'étaient retournés contre leurs chefs respectifs. En effet, la femelle n'avait toujours pas digéré la rencontre secrète d'Etoile des Larmes et d'Etoile du Griffon. Ce dernier avait choisi de garder la nouvelle du passage de meneuse de la femelle immaculée au lieu de la divulguer à son clan. Ils auraient pu profiter de cette période de flottement au Clan de la Rivière ! Peut-être même qu'ils auraient pu leur prendre une petite parcelle de terres du clan voisin.
Un guerrier parla de l'affolement des reines et de l'excitation des novices à cause du goupil. Pelage Fauve soupira, les mères se faisaient vraiment trop de soucis. La Pouponnière avait été renforcée, le camp était constamment surveillé et tout le monde était sur ses gardes. Que leur fallait-il de plus ? La rouquine espéra ne jamais devenir comme elles, et elle un peu honte de l'avouer, cependant elle avait peur des... petits. Pas des chatons en eux-même, mais la grossesse, et la mise en bas. De plus, il fallait élevé ces petites boules de poils, les surveiller et surtout rester à la Pouponnière à dormir, manger, surveiller, jouer... Les journées des reines étaient bien ennuyantes. Pelage Fauve n'avait pas été élevée par sa mère, celle-ci étant morte après sa naissance, et elle savait que si un jour, elle portait ses petits, elle ferait une très mauvaise mère. Elle ne serait jamais une reine, mais toujours une guerrière.
La rouquine déglutit. Pour le moment, elle avait d'autres projets, d'autres chats à fouetter comme... Etoile du Griffon. Le matin-même, elle lui avait dit - même si son "Je t'attendrai après midi dans la lande, sois à l'heure" ressemblait plus à un ordre - de la rejoindre dans la lande. Elle s'éclipsa avant la fin de la cérémonie du partage puis s'élança dans les steppes. Il faisait très bon, assez chaud mais un vent léger et frais caressait sa fourrure brun-rousse. Quelques moutons blancs broutaient le bleu du ciel. Elle s'assit sur un rocher et contempla sa terre natale qui s'étendait jusqu'à l'horizon, ou les Hautes-Pierres et la ferme abandonnée des bipèdes. Pelage Fauve laissa son esprit vagabonder. Elle attendit ainsi, la queue enroulée autour de ses pattes, pendant de longues minutes jusqu'à ce que le vent lui apporte un miaulement las :

    « Pelage Fauve... »

Elle n'avait pas besoin de le voir pour reconnaître la voix d'Etoile du Griffon qui se tenait derrière elle. La femelle brun-roux remua les oreilles puis se retourna en plantant ses yeux verts dans les siens. Elle s'avança et à chaque pas, elle sentait sa colère grandir encore et encore... Pourtant, elle ne monta pas la voix tout de suite. Ce n'était que le calme avant la tempête.

    « A ton avis Etoile du Griffon, fais-tu un bon chef ? elle ne lui laissa pas le temps de répondre, Parce que moi, j'en doute. Oh bien sûr, ce n'est que mon avis de guerrière mais seule moi connaît tes écarts au Code du Guerrier.

Ses yeux luisaient d'animosité et sa queue fouettait l'air. A ce moment-là, elle avait une envie irréprésible de lui arracher les moustaches !

    « On aurait pu profiter de la faiblesse du Clan de la Rivière ! Seulement toi, tu ne nous en as pas donné l'occasion. Soit, tu ne veux sûrement pas emporter ton clan dans une guerre ou tu ne jugeais pas nécessaire d'envahir nos voisins. Mais tu n'es pas tout seul, nous avons le droit de choisir aussi ! Un meneur sans guerrier n'est rien. Et puis je ne pense pas que tes guerriers aimeraient ta relation privilégiée avec Etoile des Larmes. Oh, je sais que maintenant, tu ne la portes plus dans ton cœur, pourtant, elle a cru avoir une place d'amitié dans le Clan du Vent, sûrement parce que tu lui avait laissé croire cela ! »

Pelage Fauve était agitée, elle avait tant à lui reprocher ! Elle avait longtemps hésité à raconter à ses camarades qu'Etoile du Griffon leur cachait d'importantes informations. Il fallait qu'ils connaissent leur véritable chef. Que ce dernier enfreignait les règles du code. Les mensonges ne faisaient qu'affaiblir le clan. Elle pensait que si elle faisait cela, le Clan des Etoiles approuverait et que ce serait juste. En réalité, si la vérité éclatait, elle ferait bien plus de dégâts... Pelage Fauve avait donc décidé de régler cet incident seule, de porter ce fardeau sur ses deux épaules, et d'épargner ses amis. C'était peut-être ça, sa mission ? La raison pour laquelle ses ancêtres l'avait ramené à son clan natal. De surveiller son meneur, de le mettre sur le droit chemin. Enfin, elle avait fait également de grosses erreurs, quelle mauvaise guide elle faisait ! La guerrière rentrait et sortait les griffes, la fureur l'emportait.

    « J'ai vu ton regard sur Chauve-Souris et Etoile des Larmes. Tu as voulu les tuer, je l'ai lu dans tes yeux, tu les prenais pour des nuisibles qu'il fallait éliminer. Comme avec moi au Grand Rocher lorsque tu as usé d'une technique de Rapace Nocturne ! A qui ta loyauté appartient-elle vraiment ? A ton clan ? Ou à la Forêt Sombre ?! la femelle avait haché ses derniers mots en fulminant. »

Pelage Fauve tourna alors les talons, elle n'allait pas lui sauter dessus pour le faire réagir cette fois. En quelques bons, elle s'était déjà éloignée de lui. Elle se refusait à l'avouer mais elle sentait son cœur se serrer car Etoile du Griffon était beaucoup plus précieux que n'importe qui d'autres. Seulement voilà, il l'avait déçue et maintenant, elle se méfiait de lui. Pire, elle le voyait à présent comme un guerrier de la Forêt Sombre et non, comme un chef noble et brave. Elle regrettait amèrement leur complicité passée. La femelle se retourna puis lança, réprobatrice :

    « Sache que moi, tu ne pourras pas m'éliminer ! Je suis loyale à mon clan et s'il le faut, je ferais en sorte que tu ne sois plus notre meneur ! Tu m'as déçue, Etoile du Griffon ! »

Sans attendre une seule réponse de sa part, elle sauta des rochers et se mit à galoper dans la lande. Elle espérait sincèrement qu'elle se trompait sur le mâle tigré, qu'il n'était pas son ennemi et que tout était un malentendu. Mais voilà, on lui avait appris de se méfier au risque de se faire trahir. Elle ne voulait pas qu'une telle chose arrive avec son chef. Enfin, elle savait que leur relation était perdue. C'était douloureux de se dire cela, Pelage Fauve doutait qu'elle puisse avoir de tels liens avec un autre chat. Cependant, elle devait se rendre à l'évidence : sa relation avec Etoile du Griffon ne pouvait déboucher que sur de la haine. Depuis le début, ils se détestaient après tout. Chagrinée, la guerrière était bouleversée et triste. Elle se jeta sans faire attention dans un buisson d'ajoncs et quand elle en sortit, il y eut un glapissement puis une boule rousse la projeta contre une pierre. Déboussolée, Pelage Fauve sentit sa tête tourner et sa vue était floue. Lorsqu'elle retrouva ses esprits, elle eut à peine le temps de comprendre ce qui lui arrivait que le renard se jeta sur elle, toutes dents dehors. Le goupil plongea ses crocs dans sa nuque mais elle put se baisser à temps avant qu'il ne lui brise le cou. Le prédateur la secoua dans tous les sens, la guerrière réussit à lui griffer violemment le museau et le renard la lâcha. Pelage Fauve feula, mais elle n'avait aucun échappatoire, elle devait l'affronter même si ses chances de le vaincre ou de le faire fuir étaient infimes - le goût du sang avait excité le renard - voir quasiment nulles ! Elle fonça droit sur lui et voulu sauter par dessus son dos mais le prédateur lui attrapa la patte arrière et la secoua comme s'il allait l'arracher ! La rouquine poussa un hurlement de douleur et cria, désespérée :

    « A l'aide Clan des Etoiles ! »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warriors-heart.bbactif.com

Fonda & Chef Connu

avatar
I am
Messages : 1071
Date d'inscription : 07/07/2014
Age : 20
Localisation : Bah... Ici x)


Feuille de personnage
Grade: Chef
Âge (Lunes): 48 Lunes
Famille:

MessageSujet: Re: L'engueulade [ Fauve ]   Dim 7 Sep - 17:42

    Je pensais que Pelage Fauve était venue pour exploser sa colère au grand jour, et je n'avais pas tort. La rouquine remua les oreilles au son de ma voix et planta ses yeux verts dans les miens. Elle est culottée celle-là ! Pensais-je. Elle avançait vers moi, même si elle ne le montrait pas, je voyais qu'elle était furieuse. Au début, sa voix était calme. Mais je savais quelle était la colère qui était au fond d'elle, je le sentais. La connaissant, impulsive comme elle était, je savais presque quels étaient les reproches qu'elle allait me faire. Elle dissimulait très mal ses pensées. Ses répliques fusaient comme du venin. Mais moi, je ne réagis pas tout de suite. Je l'observais, les yeux plissés. Je sentais sa colère enfler au fil des répliques. Quand la tempête aurait éclaté, elle commencerait à refroidir. C'était comme si on retirait une épine de sa patte. Je savais comment fonctionnaient les autres. Et, je connaissais bien Pelage Fauve. Je demeurais là, impassible, pendant qu'elle me reprochait tout et rien. Et elle, ne se croyait-elle pas fautive ? Pensait-elle qu'elle était parfaite ? Et qui était-elle à douter de moi ? Qu'y connaissait-elle aux responsabilités et aux devoirs d'un chef ? Elle était bien orgueilleuse là, à venir me défier. Tandis qu'elle semblait sur le point d'exploser, je gardais mon calme, impassible, comme toujours. Ce qui allait certainement l'exaspérer. Alors qu'elle s'ébouillantait, je restais froid. Oubliait-elle qu'elle parlait à son chef et que j'allais l'envoyer en corvée de mousse si elle continuait ? C'était ce que je pensais. Je la voyais s'agiter. Rentrer puis sortir les griffes. Même si je ne le montrais pas, ses propos me faisaient mal d'un côté, mais me mettaient dans une colère froide de l'autre. Tout au long de la conversation, je ne lui avais lancé qu'un regard glacial sans rien dire. Chose qui avait tendance à mettre à cran. Je voyais bien que la femelle était à bout maintenant. A la fin de sa tirade, elle jeta une dernière phrase puis, sans attendre ma réponse, elle sauta sur les rochers et se mit à galoper dans la lande comme pour me fuir.

    Je restai immobile un moment, plantant mes griffes dans les hautes herbes. Pour qui se prenait-elle ? Si elle n'avait pas disparu, je lui en aurait fait des belles de répliques. Elle disait que je l'avais déçue, mais le plus déçu dans tout ça, c'était moi. Pelage Fauve était une guerrière quand même âgée. Et voilà qu'elle se comportait comme une apprentie égoïste. Le clan passait avant tout le reste ! Ses jours en solitaires lui avaient fait sans doute oublier ça. Sinon, jamais elle ne se serait comportée de la sorte. J'étais loyal à mon clan quoi qu'elle pense. Le Clan des Etoiles m'avait choisi et si elle n'était pas contente, elle n'avait qu'à quitter le clan et nous abandonner comme elle avait déjà fait. Elle m'avait fait la leçon sur la loyauté alors qu'elle ne savait même pas ce que c'était. D'un autre côté, je sentais comme un vide, une émotion inexplicable dans mon coeur. Non, je ne devais pas faire attention à cela. Le clan passait avant tout le reste et j'en avais pas fini avec Pelage Fauve. Cette chatte se comportait comme une cervelle de souris. Je devais aller la réprimander comme on réprimandait les apprentis. Je ne me comportais en cet instant pas comme un ami mais comme un chef. Si cette idiote en faisait toujours qu'à sa cette, ce n'était pas mon problème. Nous étions un clan et je ne pouvais pas tolérer ce genre de comportement. Je devais la retrouver et lui parler.
    Je suivis sa piste sans mal à travers la lande. Tout un coup, j'entendis un glapissement tout près. Un mauvais pressentiment me saisis. J'accélérai l'allure.

    Quelques instants plus tard, j'entendis un autre glapissement, encore plus près, suivi d'un grand bruit puis d'un hurlement et pas n'importe lequel... Celui de Pelage Fauve ! Je courus comme un fou et ce fut avec horreur que je vis le renard attraper Pelage Fauve par la patte arrière et la secouer. Mon coeur manqua un battement. Je hoquetai en dérapant puis je percutai violemment le renard au flanc pour qu'il relâcha Pelage Fauve. Chose réussite. Je sentis une fureur sourde monter en moi. Mon oeil jetait des éclairs. Mes griffes étaient sorties et je montrai les crocs. J'avais dressé mes poils de sorte que je semblais avoir doublé de volume. Dans un feulement féroce, je griffai le renard au museau. Celui-ci poussa un glapissement furieux et tenta de me mordre à l'oreille. J'esquivai son attaque et j'entendis les mâchoires du goupil claquer à côté de mon oreille. Ignorant son offensive, je me jetai sur lui en le mordant à la gorge. En suivit des jeux de griffe et de croc. Finalement, la bête s'avoua vaincue et battit en retraite. J'avais réussi. J'avais vaincu. J'avais protégé les miens. C'était bien et bel le renard que nous avions aperçu l'autre jour, en patrouille frontalière. Il faudrait envoyer une patrouille pour vérifier quelle direction il avait prise et pour faire en sorte qu'il ne revienne plus. Il devait avoir compris la leçon mais on ne savait jamais.
    Pour une fois, je ne me concentrais pas sur tout ceci comme je l'aurais fait en temps normal. Je me tournais plutôt vers la fourrure rousse derrière moi. Puis je poussai un miaulement étranglé, suraigüe à cause de l'inquiétude.

    " Pelage Fauve ! "

    Des flots d'émotions fortes sortaient de moi. Si fortes qu'elles étaient comparables aux chutes du Clan de la Rivière. J'avais oublié momentanément les disputes et... Tout. Je me précipitai vers la rouquine et je me mis tout contre elle, la tête enfouie dans son épaule. Je tremblais, j'étais dans tous mes états. Jamais, au grand jamais, je n'avais été comme ça. Si je n'étais pas intervenu à temps, Pelage Fauve serait morte. Le renard l'aurait tuée. Cette idée me fut insupportable. Pelage Fauve était une amie très chère, je ne pouvais pas la perdre. Elle représente tellement plus pour moi, tellement plus ! En cet instant, je ne pouvais nier les sentiments que j'éprouvais pour Pelage Fauve. J'ignorais moi-même qu'ils étaient aussi forts et je m'en voulais de l'avoir découvert maintenant, alors que j'avais failli la perdre. Je me promis que je ne laisserais jamais rien ni personne lui faire du mal. C'était quelque chose que je ne pouvais pas supporter. Je l'aimais. Oui, l'amour était le mot juste. Je restais contre elle sans bouger ainsi, à sentir la chaleur de son corps, sa fourrure contre la mienne, son parfum. Elle semblait si proche de moi à ce moment-là...

    " Cervelle de souris, à quoi pensais-tu ? Qu'aurais-je fait si tu étais morte ? "

    Mon miaulement n'était nullement agressif, nullement réprobateur. Juste doux. Il n'exprimait que de l'inquiétude. Je bougeai la tête pour la regarder droit dans les yeux. Il y avait de la tendresse dans mon seul oeil expressif. Comment avais-je pu lui en vouloir ? Et surtout, comment en étions-nous arrivés là ? Tout d'un coup tout me revint. Comment elle m'avait traité en étant chaton et apprentie, son retour, les bonnes ententes, le Grand Caillou, les Chutes... A ce moment, je me souvins de ses dernières paroles. Maintenant elles me blessaient. Pensait-elle vraiment tout ce qu'elle avait dit ? Me pensait-elle donc indigne de mon rôle ? N'aurait-elle donc plus confiance en moi ? Je me rendis compte que j'avais besoin d'elle. Que j'avais besoin de sa confiance car elle importait beaucoup pour moi. J'avais essayé de me masquer la face, de me dire que tout cela n'avait pas d'importance, mais je savais depuis le début que c'était faux. Je ne voulais plus de ces disputes, de ces conflits. Je voulais que tout redevienne comme avant... Voire mieux. Heureusement, la chatte semblait avoir rien de cassé. Je fis doucement glisser ma queue le long de son flanc. Je savais que je pouvais me montrer honnête avec elle. Et c'est en toute honnêteté que je dis,

    " Pelage Fauve, tu peux me croire quand je te parle. Sache que je te dis la vérité. Ma loyauté va à mon clan et à rien d'autre. Que faut-il que je fasse d'autre pour te le prouver ? "




Spoiler:
 

Spoiler:
 


Fiche
Questions pour un Griffon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdc-power.forumactif.org

Lieutenante

avatar
I am
Messages : 149
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 20
Localisation : Dans le Nooord ! (62)


Feuille de personnage
Grade: Lieutenant
Âge (Lunes): 38 lunes
Famille:

MessageSujet: Re: L'engueulade [ Fauve ]   Dim 14 Sep - 16:09

Un éclair brun tigré passa du coin de l'œil de Pelage Fauve. Elle sentit la pression de la mâchoire du renard la relâcher et elle s'étala de tout son long dans l'herbe. La vue de la guerrière fut lors d'un instant trouble mais elle devina qu'un félin - de son clan - combattait le prédateur en poussant des feulements. Des touffes de poils rousses et brunes volaient dans l'air. Pelage Fauve reconnut Etoile du Griffon et manqua de s'étrangler. Il allait être blessé ! Mais le renard pris la fuite, trop déconcerté par l'attaque surprise du mâle tacheté et de ses enchaînements. Le meneur hoqueta en la voyant et poussa un miaulement suraiguë :

    « Pelage Fauve ! »

Etoile du Griffon se précipita sur elle et enfuie sa large tête dans son épaule. La guerrière ne put retenir un ronronnement. Elle était tellement heureuse de le revoir ! Son cœur s'emballait. Il était revenu pour la chercher - oh certainement pas pour la remercier, elle s'en doutait ! mais il avait risqué sa vie sans hésiter pour elle. Sans lui, Pelage Fauve serait morte. Elle lui était tellement reconnaissante et soulagée ! Etoile du Griffon n'était pas qu'une machine à tuer, il sauvait des vie, la sienne. La guerrière sentit les remords lui monter à la gorge. Comment avait-elle pu être aussi dure avec lui ? Pourquoi lui avait-elle caché qu'elle a été jalouse de voir qu'Etoile des Larmes ressentait plus que de l'amitié pour lui ? Elle avait compris ça dans le regard doré que lui jetait la femelle blanche, et surtout sa colère lorsqu'il lui avait dit qu'ils n'avaient rien en commun et qu'elle n'était juste qu'une ennemie pour lui. La rouquine s'en voulait. Si ce fichu renard l'avait tuée, Etoile du Griffon se serait sans doute senti coupable de sa mort et elle serait triste de le regarder depuis la Toison Argentée sans avoir pu lui avouer ses véritables sentiments. Parce que si Pelage Fauve avait été aussi furieuse avec le matou tigré, c'était parce qu'elle l'aimait, qu'elle avait peur de s'être trompée sur lui.

    « Cervelle de souris, à quoi pensais-tu ? Qu'aurais-je fait si tu étais morte ? miaula-t-il d'une voix à la fois douce et inquiète. »

La guerrière rigola doucement, son souffle était toujours saccadé et elle avait mal à une patte mais la chaleur et la présence d'Etoile du Griffon la rassurait, elle avait l'impression que rien ne pouvait lui arriver à ses côtés. Son meneur plongea ses yeux luisant de tendresse dans les siens. Pourquoi s'était-elle entêtée à refouler ses sentiments pour lui ? Au fond, elle savait que depuis l'incident au Grand Rocher, quelque chose avait changé entre eux. Quelque chose de très fort et d'incassable. Ils s'étaient beaucoup disputés depuis, mais aujourd'hui, elle pouvait le dire : elle l'aimait. Sa promesse d'être toujours là pour lui était intacte. Comme pour leur amitié d'ailleurs, elle avait même décuplée.

    « Pelage Fauve, tu peux me croire quand je te parle. Sache que je te dis la vérité. Ma loyauté va à mon clan et à rien d'autre. Que faut-il que je fasse d'autre pour te le prouver ? »

La guerrière le croyait, oui, elle lui faisait confiance à présent. Si elle avait vraiment été trop gênante pour lui, il l'aurait laissée mais au contraire, il l'avait sauvée. Il libérait même ses émotions. Dire qu'elle allait mourir sans comprendre qu'il comptait plus qu'elle ne le pensait pour lui ! Elle sentit sa queue courir lentement sur son flanc. Pelage Fauve lui sourit, les yeux luisants.

    « Rien, Etoile du Griffon, tu as déjà prouvé maintes fois ta loyauté. Je suis désolée d'avoir douté de toi, et de me rendre compte seulement maintenant que tu as toujours été la stupide boule de poils que je connais. »

La rouquine savoura ce moment en grimaçant même si elle sentait sa patte arrière hurler de douleur. Quand elle tourna la tête pour s'assurer que la plaie n'était pas très profonde, son cœur manqua un battement : sa patte arrière gauche était tordue, dans un angle où normalement elle ne pouvait pas la tourner. Elle pensa qu'elle était sûrement cassée, et que peut-être, elle ne pourrait plus assumer ses devoirs de guerrière... Elle serait un poids, un boulet pour le clan. A quoi servirait-elle maintenant ? Pelage Fauve serra les mâchoires et plissa les yeux, elle ne voulait pas de cela ! Elle devait courir, se déplacer comme les autres. Cependant, elle savait ce qui l'attendrait si elle ne pouvait plus se servir de ses quatre membres : elle rejoindrait la tanière des anciens à presque trois ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warriors-heart.bbactif.com

Fonda & Chef Connu

avatar
I am
Messages : 1071
Date d'inscription : 07/07/2014
Age : 20
Localisation : Bah... Ici x)


Feuille de personnage
Grade: Chef
Âge (Lunes): 48 Lunes
Famille:

MessageSujet: Re: L'engueulade [ Fauve ]   Lun 15 Sep - 15:18

    Alors que je regardais Pelage Fauve, sa réaction me soulageait au-delà des mots. J'avais peur d'avoir perdu son amitié pour toujours. Mais ce n'était pas le cas. C'était fou comme en l'espace d'un instant, tout avait basculé. En fait, j'avais failli la perdre tout court. Je n'allais pas la réprimander pour son inconscience, loin de là. Elle était en vie et c'était tout ce qui comptait. Je voulais que l'on cesse notre querelle, pas l'envenimer. Je sentis des vagues de bonheur émaner de moi comme jamais auparavant. Je ne m'étais pas battu contre le renard, mais aussi contre moi-même. J'avais livré combat et j'avais vaincu. J'étais libre. Jamais plus je ne serais influencé par les mauvais esprits. Je ne marchais pas seul, le Clan des Etoile guidait mes pattes. Et ce, pour toujours. Je ronronnais, me maudissant intérieurement pour me rendre compte seulement maintenant de la puissance de mes sentiments envers Pelage Fauve, avec qui je vouais un regard unique. Mon coeur se gonfla d'espoir comme cela n'avait jamais été le cas pendant plusieurs lunes. Je m'étais trop encombré de soucis dont je ne devais guère me préoccuper et j'avais eu tort de me compliquer ainsi la vie. J'étais le chef du Clan du Vent. Et je voulais me montrer digne de la confiance que le Clan des Etoiles avait placé en moi en me donnant mes neuf vies. Je me promis de servir mon clan de mon corps et mon âme. Non seulement pour avoir un clan fort et craint mais aussi pour être dans l'honneur et protéger les miens. Mon regard s'assombrit tandis que je miaulais,

    " Je suis désolé... Pour tout. "

    Je ne faisais pas allusion qu'à l'attaque du renard, qui était en partie ma faute car si Pelage Fauve ne s'était pas disputée avec moi, elle ne serait jamais arrivée là. Je parlais du tout début de notre conflit, depuis le Grand Caillou. Bien qu'il est vrai que nous ne nous étions pas toujours bien entendu lorsqu'elle était apprentie. Mais maintenant, c'était différent. Nous avions tous les deux nos torts. Mais moi, j'étais le chef de ce clan. Et il y avait quelques comportements que je n'avais pas dû avoir. C'était à moi de montrer l'exemple. J'avais la confiance de mes camarades et je ne devais pas la trahir et m'en montrer digne. Ce que je m'efforçais de faire au mieux. Cependant, ces dernières lunes, j'avais un peu... Disjoncté. J'avais fait des erreurs. Mais maintenant, je savais quelles étaient ces erreurs et elles ne se reproduiraient plus. Je vais aller de l'avant comme il se doit. Comme il est attendu de moi.

    " Je me suis mal comporté ces derniers temps. J'étais un peu sur les nerfs, à cran. Je dormais mal et j'avais sans cesse des doutes et inquiétudes. Je me suis promis de faire du Clan du Vent un clan fort, craint et respecté. Mais cela n'excuse pas tout. Jamais je n'aurais dû m'emporter de la sorte, au Grand Caillou et aux Chutes. "

    Je faisais confiance à Pelage Fauve et elle me faisait confiance. Mais elle avait avant douté de moi. Par cette confiance mutuelle, je me devais de tout lui dire. Il y avait des choses que je regrettais. Néanmoins, je n'avais toujours pas compris ce qui avait amené à notre confrontation aux chutes. Nous avions juste vu Etoile des Larmes et Chauve-Souris et j'avais dit être au courant de la nomination de Etoile des Larmes. Pelage Fauve s'était alors mis à douter de moi, en me demandant à qui j'étais vraiment loyal, déclarant que j'aurais pu profiter de la faiblesse du Clan de la Rivière pour les attaquer. Elle avait critiqué mes décisions en tant que chef, chose que je n'avais pas apprécié car j'étais quand même plus expérimenté qu'elle et que j'avais pu envisager les autres possibilités et que si je les avais pas exploitées, c'était car j'avais une bonne raison. Le comportement de Pelage Fauve m'avait dérouté car j'ignorais tout des sentiments de Etoile des Larmes envers moi - chose que j'ignorais toujours au passage. Je ne savais pas ce qui avait bien pu piquer Pelage Fauve à ce point et je ne savais pas non plus à quel point mes paroles avaient touché Etoile des Larmes. Elle avait été brisée, de l'autre côté de la rivière, et je ne m'en rendais pas compte. D'ailleurs, nous ignorions le lien de sang qu'il y avait entre nous deux. Quoi qu'il en soit, je n'avais jamais rien éprouvé pour Etoile des Larmes. Hors des assemblées, elle n'était plus une amie, mais une ennemie comme tous ceux susceptibles de menacer mon clan. Comme tous les chats n'appartenant pas au Clan du Vent. Je repris,

    " Mais sache que si je prends des décisions en tant que chef, ce n'est pas à la légère. D'ailleurs, me vois-tu profiter de la faiblesse d'un autre clan alors que nous n'avons besoin de rien ? Non. Nous sommes des chats de clan, des guerriers honorables et non des chats errants et cela n'aurait pas été la volonté du Clan des Etoiles. "

    Je me rappelle à ce moment-là avoir douté de la loyauté de Pelage Fauve, pensant que ses jours en solitaire lui avait fait oublier le code du guerrier. Pourtant, à l'instant présent, je ne pouvais plus rien lui reprocher. J'en étais incapable. Je savais que j'avais eu tort de douter d'elle et j'espérais qu'elle comprenne mes décisions. En fait, lorsque j'étais devenu chef, je m'étais un peu éloigné des guerriers ordinaires. Je dormais seul dans ma tanière et je partageais les rêves du Clan des Etoiles. Je me souviens du regard différent de mes camarades de clan le jour où j'étais rentré de la Grotte de la Vie après avoir reçu mon nom et mes neuf vies. C'était un instant inoubliable mais je n'avais le droit d'en parler à personne. Maintenant que j'y pense, je me demande comment avait réagi Pelage Fauve lorsque j'étais rentré. Je n'avais pas réussi à déchiffrer l'expression de son regard.

    " D'ailleurs, étant chef, il y a également des choses que je ne peux pas dévoiler, qui sont gardées secrètes. N'oublie pas que je partage les rêves du Clan des Etoiles. "

    J'avais maintenant mon air pensif. Je profitais de ce moment merveilleux auprès de la belle guerrière rousse. J'avais envie de lui dire ce que je ressentais pour elle, mais je ne le fis pas. Si je l'appréciais, je me demandais pourquoi ce serait réciproque. Après tout, je n'étais pas très beau à regarder avec cet oeil qui me défigurait le visage. Ne serais-ce pas plus logique que Pelage Fauve choisisse un beau jeune mâle à un vieux défiguré ? Enfin, façon de parler, j'étais jeune mais j'avais quand même quelques saisons de plus que la guerrière. Même si je devais avouer que le fait de la voir avec quelqu'un d'autre me contrariait au plus haut point. Comme Moustache de Mulot. Je savais que le guerrier l'appréciait, mais moi je n'aimais pas qu'il se rapproche trop de Pelage Fauve. Mon regard dériva sur le reste de son corps pour m'assurer qu'elle n'était pas blessée. Puis je vis, le coeur battant, sa patte que le renard avait attaqué. Ce n'était pas normal, elle était... Tordue à un angle improbable. Néanmoins, pour ne pas affoler la chatte, je gardais mon ton calme,

    " Comment va ta patte ? Est-elle très douloureuse ?




Spoiler:
 

Spoiler:
 


Fiche
Questions pour un Griffon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdc-power.forumactif.org

Lieutenante

avatar
I am
Messages : 149
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 20
Localisation : Dans le Nooord ! (62)


Feuille de personnage
Grade: Lieutenant
Âge (Lunes): 38 lunes
Famille:

MessageSujet: Re: L'engueulade [ Fauve ]   Dim 28 Sep - 13:01

    « Je suis désolé... Pour tout, miaula le matou tigré d'un air sombre. »

Etoile du Griffon ronronnait très bruyamment et semblait se sentir coupable. Pelage Fauve comprenait qu'il parlait de leur querelle depuis le tout début. A partir du Grand Rocher où il avait failli utiliser une attaque mortelle contre elle qu'il avait apprise à la Forêt Sombre. Puis lorsqu'un froid s'était jeté sur eux, qu'ils n'osaient plus se parler. Ensuite, il y a eu la confrontation aux Chutes avec Etoiles des Larmes et Chauve-Souris où la femelle brun-roux l'avait accusé de traîtrise. S'en était suivi le gouffre qui les avait séparés. La rouquine pensait l'avoir perdu à jamais, que deux anciens combattants de la Forêt Sombre ne pouvaient être amis - et encore moins plus encore. Et enfin, leur dispute quelques minutes plus tôt. La chatte lui pardonnait tout cela, de toute façon, elle n'avait pas été toute blanche non plus. Sa jalousie à cause d'Etoile des Larmes lui avait fait perdre patte. Elle comprenait tout cela maintenant, sûrement avait-elle mûri aussi.

    « Je me suis mal comporté ces derniers temps. J'étais un peu sur les nerfs, à cran. Je dormais mal et j'avais sans cesse des doutes et inquiétudes. Je me suis promis de faire du Clan du Vent un clan fort, craint et respecté. Mais cela n'excuse pas tout. Jamais je n'aurais dû m'emporter de la sorte, au Grand Caillou et aux Chutes. »

Pelage Fauve sourit malgré la douleur qui lui écrasait la patte. Elle se rendit compte qu'Etoile du Griffon s'expliquait, qu'il lui confiait ses choix, qu'il lui avouait ses erreurs. La guerrière comprit qu'il voulait qu'elle sache tout parce qu'il lui faisait confiance. Le matou brun voulait se faire pardonner par la rouquine puis que cette confiance devienne mutuelle.

    « Mais sache que si je prends des décisions en tant que chef, ce n'est pas à la légère. D'ailleurs, me vois-tu profiter de la faiblesse d'un autre clan alors que nous n'avons besoin de rien ? Non. Nous sommes des chats de clan, des guerriers honorables et non des chats errants et cela n'aurait pas été la volonté du Clan des Etoiles, il reprit, D'ailleurs, étant chef, il y a également des choses que je ne peux pas dévoiler, qui sont gardées secrètes. N'oublie pas que je partage les rêves du Clan des Etoiles. »

La guerrière acquiesça, un peu honteuse à son tour. Etoile du Griffon était chef, il fallait qu'elle s'y fasse. Evidemment qu'il lui cacherait des choses parce qu'il n'aura pas le droit de les dire, après tout, c'était aussi le fardeau d'un meneur : garder certaines choses pour soi. Elle n'aurait jamais dû douter de lui à cause de la faiblesse d'Etoile des Larmes pour lui. Ils seraient toujours aussi proches et il n'y aurait pas eu ce sale renard ! Mais voilà, on ne refaisait pas le passé.

    « Comment va ta patte ? Est-elle très douloureuse ? »

Pelage Fauve jeta un coup d'œil à sa patte tordue en grimaçant. Elle avait soudain très peur. Elle était même terrifiée. La guerrière ne se souvenait pas avoir vu un félin se casser la patte à part Moustache de Mulot qui se l'était tordue il y a bien longtemps. D'ailleurs, cela lui faisait penser que le matou lui manquait et qu'elle regrettait amèrement de s'être disputée avec lui, quelques saisons plus tôt. Mais contrairement à lui, Etoile du Griffon et la guerrière s'étaient réconciliés et toute cette histoire était oubliée. Leurs sentiments étaient même plus forts. La rouquine sentait les vagues puissantes d'affection qui émanaient du meneur. Elles avaient l'effet d'une tornade sur elle. Pelage Fauve aussi l'aimait : comme un mentor aime son apprenti, comme un chef aime son clan, comme une mère aime ses petits, comme une compagne aime son compagnon. Si elle n'avait pas aussi mal, elle aurait avoué son amour pour lui, seulement, ses mâchoires refusaient de s'ouvrir. Ils auront le temps de se dévoiler de toute manière.

    « Il... Il faut que j'aille voir... Pelage de Lièvre, articula la guerrière. »


Dernière édition par Pelage Fauve le Sam 4 Oct - 18:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warriors-heart.bbactif.com

Fonda & Chef Connu

avatar
I am
Messages : 1071
Date d'inscription : 07/07/2014
Age : 20
Localisation : Bah... Ici x)


Feuille de personnage
Grade: Chef
Âge (Lunes): 48 Lunes
Famille:

MessageSujet: Re: L'engueulade [ Fauve ]   Lun 29 Sep - 15:29

    Je fus soulagé lorsque je vis que la rouquine semblait approuver mes paroles. Durant ces dernières lunes, elle m'avait bien déçu en se comportant comme une apprentie indisciplinée. Pelage Fauve était certes une guerrière, mais parfois, elle allait un peu trop loin. Sur le coup, j'avais senti comme une grain de maturité naître en elle. C'était une bonne chose, aussi bien pour elle que pour le clan. Surtout que, aux Chutes, elle m'avait cherché des problèmes là où il n'y en avait pas - devant deux chats d'autres clans qui plus est ! Je l'avais remise à sa place en lui rappelant ses propres actes. Et puis, j'étais le chef, elle n'avait pas à douter de moi tout comme je n'avais pas à me justifier. Elle me devait un minimum de respect tout de même ! Peut-être l'attaque du renard lui avait-elle fait comprendre qu'elle était allée trop loin ? En effet, cette fois, elle avait risqué gros. Si je n'étais pas intervenu, elle serait sans doutes morte à l'heure actuelle. Le fait qu'elle ait gagné plus de sagesse aujourd'hui était très bon pour le clan. Quant à moi, j'étais soulagé qu'elle me pardonne, et soulagé qu'elle soit en vie. C'était l'essentiel. J'aurais préféré qu'il n'y ait pas eu ce maudit renard sur nos terres et qu'une de nos guerrières n'aie pas failli frôler la mort mais au moins, on avait pu tirer du bon de cet épisode. Je sentais également après m'être confié que le poids me semblait moins lourd sur mes épaules, cela me faisait du bien après tant de lunes seul dans la tanière du chef où l'odeur d'Etoile des Brises n'avait jamais vraiment été effacée. C'était étrange pourtant de voir à quelle point la confiance d'un guerrier de mon clan comptait beaucoup pour moi.

    Pour le moment, je regardais la patte de la guerrière, les dents serrées. J'espérais qu'elle ne soit pas cassée. Cet accident me rappelait beaucoup celui de Moustache de Mulot, mon ancien apprenti qui boitait. J'espérais qu'il n'allait pas arriver la même chose à la jeune chatte. Mon coeur se tordait d'angoisse, mais je ne le laissais pas paraître. La guerrière jeta un coup d'oeil à sa patte d'un air terrifié. Elle articula avec peine qu'elle devait voir Âme du Dragon, la guérisseuse du clan. Je réfléchis, comment la déplacer ? Il faudrait y aller doucement et prendre garde à ce que sa patte ne touche pas le sol. La peur de la guerrière me fit de la peine. Je lui donnai un coup de langue sur l'épaule d'un geste rassurant. Si elle me voyait paniquer et céder à la peur moi aussi, cela n'améliorait pas la situation. Intérieurement je fulminais. Si j'avais livré bataille à sa place, si seulement j'étais arrivé plus tôt, elle n'aurait pas été blessée. "Si seulement", mais la vie n'était pas faite de "Si seulement". Je devais avancer et faire de mon mieux même si je me sentais un peu coupable de cette affaire. Je voulais avouer mes sentiments pour Pelage Fauve car je ne savais pas de quoi serait fait l'avenir, mais je ne pouvais pas, pas maintenant, ce n'était vraiment pas le moment.

    " Ne t'en fait pas, tout va bien se passer. "

    J'avais fait un miaulement doux et rassurant à son oreille. Puis, je m'étais redressé pour l'épauler et l'aider à se lever. Ensemble, nous prenions la direction du camp, lentement, mais sûrement tendis que je surveillais sa patte. J'espérais de tout mon coeur que Âme du Dragon aurait un avis positif quant à la guérison de la blessure de Pelage Fauve. Je me rappelais avoir envoyé une patrouille non loin de l'endroit où nous nous situons, ce serait formidable si nous pourrions croiser son chemin pour qu'elle puisse m'aider à porter Pelage Fauve. Au moins, le renard avait disparu de nos terres. A mon avis, il avait bien compris la leçon et ne risquait pas de revenir mais il faudrait tout de même envoyer des patrouilles pour contrôler cela, on ne savait jamais. Je poursuivis ma route en direction du camp avec détermination.

    [ Pas terrible, deso :x ]




Spoiler:
 

Spoiler:
 


Fiche
Questions pour un Griffon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdc-power.forumactif.org


I am
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'engueulade [ Fauve ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'engueulade [ Fauve ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nuit Fauve [PV Sun-Rayzaka]
» FLAMME (EX FELIXE) PETITE PUCE GRIFFON FAUVE ARDENNES 08
» Quand t'es malade, ben après... Tu sens l'fauve ! 06/12 à 9h45.
» Un cours de langue un peu particulier... | Fauve | /!\ pour public averti | END
» Pourquoi la hyène rit-elle ? Parce qu'un fauve ne pleure pas.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
°~La Guerre des Clans Power ~° :: VENT :: Territoires du Vent :: La Lande-